Bilan du week-end des 20 et 21 mars

Le printemps est inexorable – Pablo Néruda

Le mouvement social qui a émergé du secteur culturel, se traduit par des occupations de théâtres et des lieux de culture dans tout le pays. La colère et l’incompréhension gagnent du terrain chaque jour et le gouvernement joue la montre, en ne répondant pas aux urgences d’un secteur gravement frappé par la crise sanitaire et les conséquences des fermetures au public de tous les établissements culturels. 

 


C’est dans ce contexte que le Syndeac a pris l’initiative d’organiser les 20 et 21 mars des temps de mobilisation devant les théâtres, sous le mot d’ordre « Le printemps est inexorable ». Nous avons invité les publics de nos salles de spectacles, l’ensemble de nos concitoyens, à nous retrouver dans un moment de partage pour faire entendre à la ministre de la Culture, au ministre de la Santé et au Premier ministre que les français expriment un désir de culture. Ce n’est pas qu’une question de professionnels, même si à nos côtés, nombre de syndicats d’employeurs et de salariés ont répondu présent. Nous avons également appelé les élus locaux et nationaux à nous rejoindre, à prendre la parole, à se faire le relais de notre demande en faveur d’une réouverture graduée. 

 


Nous avons été émus de voir nos concitoyens répondre en masse à notre appel. Entre 200 à 1000 personnes se sont retrouvées par lieu dans près de 150 rassemblements ; partout, les élu·e·s, de toute tendance politique confondue, étaient présents à nos côtés et ont pris la parole en soutenant nos positions. Nombre d’entre eux ont voulu ajouter leur signature à notre déclaration de février dernier, en faveur de la réouverture de tous les lieux culturels, sans distinction de nature, d’objet, de champ artistique ! Ces journées sont un signal adressé au gouvernement. Nos compatriotes ne comprennent plus les mesures de fermeture qui s’imposent, sans critère sanitaire démontré et vision de moyen terme. 

 


Au-delà de la question de l’ouverture, le Syndeac rappelle l’impérieux besoin de la poursuite des aides publiques à notre secteur, tant que le retour à une activité normale sans contrainte de jauge ne sera pas garanti, en concentrant les moyens sur l’emploi artistique. Le Syndeac soutient la revendication des intermittents du spectacle, en faveur de la garantie de leurs revenus et de leur accès au régime des annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage. Les entreprises adhérentes s’engagent d’ailleurs à mobiliser leurs ressources en faveur de l’emploi artistique par tous les outils à leur disposition : coproductions, résidences artistiques, diffusions dans le cadre des saisons allongées, diffusions en extérieur, etc. C’est ensemble et unis que nous surmonterons les effets désastreux de cette crise. 

 

Le communiqué en PDF – 23 mars 2021

Poursuivre avec
d’autres articles