Menaces sur la politique culturelle et de création en Hongrie

 

 

Le Syndeac est très inquiet de la proposition législative du Parlement hongrois qui vise à réorganiser le financement public des arts et notamment à renforcer la tutelle de l’État sur les nominations et la gestion des théâtres subventionnés. Dans un paysage culturel sous pression, ces institutions sont parmi les dernières à pouvoir créer librement sans l’influence du Fidesz, le parti de Viktor Orban.

 

Cette proposition, qui risque d’être adoptée par le Parlement sans aucune négociation préalable avec les parties prenantes, a provoqué des contestations de plusieurs milliers d’artistes et de citoyens et quelques 50.000 personnes ont signé une pétition contre la réforme. Cette mobilisation puissante, à la hauteur de la gravité de l’attaque politique, a permis d’ores et déjà d’obtenir des modifications significatives. 

 

En revanche, la proposition de transfert du droit de nomination des directeurs des théâtres municipaux au Ministre est partiellement restée, dans une version modifiée, laissant cela à l’accord entre le Ministre et les maires. 

 

Ce nouveau projet législatif du gouvernement hongrois porte atteinte gravement à la liberté culturelle, et constitue une tentative d’étouffer l’indépendance artistique des théâtres en Hongrie. Au cœur de l’Europe, les mises en causes de la liberté de création et de diffusion se multiplient. 

 

Le Syndeac exprime son total soutien et sa solidarité aux artistes hongrois et au peuple victime de cette politique liberticide. Le respect de la liberté de création est essentiel pour la démocratie. Notre Europe commune doit y veiller scrupuleusement.

 

Le communiqué en PDF

 

 

En savoir plus

Poursuivre avec
d’autres articles