Mains d’Œuvres

L’expulsion des salariés et des artistes accueillis à Mains d’Œuvres suite à une décision judiciaire, est un drame véritable. Ce lieu historique dédié à l’émergence et au soutien aux artistes, dans un territoire si sensible, ne peut que bouleverser les défenseurs de l’art et de la culture.

 

Cette situation terrible de blocage, hélas prévisible, est le fruit d’un entêtement politique de la municipalité de Saint-Ouen, et de son maire, qui a refusé de prendre conscience de l’ancrage historique de ce lieu atypique et son importance dans le paysage culturel francilien.

 

Une fois encore, un lieu de création au rayonnement incontestable est durement attaqué par ceux qui devraient le soutenir. Le Syndeac exprime sa solidarité à l’équipe de Mains d’Œuvres et sa tristesse profonde aux artistes ainsi précarisés.

 

La gravité de la situation que traverse aujourd’hui Mains d’Œuvres implique de toute urgence que les partenaires publics se retrouvent autour d’une table pour rechercher une solution qui préserve l’originalité de son modèle et permette sa réimplantation. La disparition définitive de Mains d’Œuvres serait un très rude coup porté à notre secteur.

 

Les élections municipales à venir seront l’occasion pour le Syndeac d’interroger les candidats pour défendre et promouvoir tous les lieux d’art et de culture, et pour obtenir des engagements en vue de renforcer la place des équipes artistiques dans nos villes, dans nos banlieues, et dans les zones rurales et péri-urbaines. Nous voulons construire l’alliance de l’art et la culture dans nos villes pour éviter que d’autres Mains d’Œuvres ne disparaissent.

 

Communiqué du 10 octobre 2019 (pdf)

En savoir plus

Poursuivre avec
d’autres articles