Concertation spectacle vivant Rhône-Alpes – synthèse des ateliers

La concertation régionale du spectacle vivant mise en œuvre par les organisations professionnelles et syndicales du spectacle vivant de la région Rhône-Alpes, s’achève par une séance plénière de restitutions et de débats le mercredi 20 mai à 15h00 à 19h00 à l’Hôtel de la Région Rhône-Alpes. (Inscrivez vous grâce à ce formulaire).  Cette séance fait suite à une série d’ateliers, menés durant l’année écoulée, recouvrant les grandes thématiques liées aux enjeux de notre secteur afin de mener une réflexion collective au regard d’une actualité budgétaire, législative et sociale fortement préoccupante.

Les 5 ateliers ont réunis une soixantaine de participants représentant les organisations et réseaux professionnels organisateurs*, des élus et représentants des collectivités territoriales de la région (Etat, Région, Départements, Métropoles, autres EPCI, Communes) et des personnes ressources selon les thématiques abordées.

 

Lire la synthèse de chacun des ateliers de la concertation

 

Lire les Annexes

 

Atelier A (8/12 de 9h30 à 17h15 / Le Fil St Etienne) – La production artistique : comment ?

Le soutien à la création artistique est une orientation essentielle des politiques culturelles publiques. A l’heure où les moyens financiers de ces politiques stagnent ou diminuent, il importe de réfléchir ensemble sur les contenus du soutien à la création, dans tous les éléments qui constituent la chaîne de la production artistique : fabrication, création, diffusion. Comment assurer les moyens nécessaires à la création de spectacles ? Comment améliorer les relations de travail entre les différents acteurs de la « chaîne » de production ? Comment agir face aux difficultés des espaces de diffusion ? Sur tous ces points, l’atelier propose à ses participants de réfléchir à des préconisations concrètes tant sur les modes de fonctionnement internes de la production artistique que sur les modes de soutien et de partenariat avec les collectivités publiques.

 

Atelier B (9/12 matin – Le Fil St Etienne) – La mobilité : quelles actions publiques pour que l’art circule ?

Plutôt que de réduire le questionnement à la simple exportation de l’art “Made in Rhône­Alpes” dans le monde ou à l’accueil d’artistes étrangers en région, comment pourrions­nous favoriser les conditions de circulation des oeuvres, des projets culturels et des citoyens pour créer, accompagner et renforcer les mécanismes de coopération à l’échelle transnationale ? Méthodologie : définition par Pierre Brini, de la mobilité et de formes de coopération inspirantes “Remue­méninges” par Claire Delepau, présidente de l’Amphithéâtre du pont­de­Claix / scène Rhône­ Alpes (ou consultante Terre de sens) : Comment faire émerger de nouvelles collaborations artistiques contribuant à une plus grande connaissance de l’autre et de sa culture ?

 

Atelier C (9/12 après­-midi – Le Fil St Etienne) – La structuration des secteurs : de la formation à l’emploi

L’emploi et la formation sont des enjeux primordiaux pour le secteur du Spectacle Vivant, puisqu’ils déterminent par essence les conditions de création et de diffusion des oeuvres et spectacles, ainsi que la pérennité ou non des projets, des structures et des équipements. De fait, les politiques publiques ont été amenées à placer ces sujets au coeur de leurs dispositifs. En Rhône­Alpes, un Contrat d’objectifs Emploi­Formation existe depuis 2005, qui contractualise les relations entre État, Région, partenaires sociaux et OPCA. Ce contrat vise à assurer une meilleure adéquation entre les moyens mis en oeuvre et les réalités et nécessités du secteur. Dans ce cadre, quelques actions ont été entreprises, mais l’aspect opérationnel reste limité. Aujourd’hui, du fait des limites des politiques mises en place, de la baisse des budgets déployés et des évolutions des pratiques artistiques, il parait important d’exposer les difficultés auxquelles se heurtent les acteurs du Spectacle Vivant, de pointer les points positifs et négatifs des politiques développées, tout en relevant quelles sont les expériences menées sur le territoire rhônalpin pour s’adapter aux nouvelles réalités, ainsi que les pistes à explorer pour améliorer une situation difficile, voire critique, pour de nombreuses structures. Trois grands axes de réflexion sont ainsi proposés au travers de cet atelier : 1. L’insertion professionnelle 2. Les emplois aidés 3. Les nouveaux métiers ou les métiers “rares”

 

Atelier D (26/01 journée – L’Hexagone, Meylan) – Présence et permanence artistique sur les territoires : comment limiter les fractures

Il y a nécessité à reformuler certain principes, à interroger les dispositifs de financements publics afin qu’ils soient en accord avec les réalités et les besoins des artistes d’une part et les spécificités de notre territoire régional d’autre part. Nous avons cerné trois questions : ­ Comment peut­on définir la présence et la permanence d’artistes sur un territoire ? La question de l’implantation est en cela incontournable, que les équipes soit installées ou invitées sur le territoire. Outre les conventions territoriales instaurées par la Région et certains Départements, comment favoriser la constitution d’espaces publics de discussion et de conception de projets culturels intégrant la démarche artistique comme un enjeu prioritaire de démocratie locale ? ­ Quelles solutions pour éviter l’empilement des dispositifs publics ? Leur analyse critique et qualitative est souhaitable. Un travail sur le sens de ces dispositifs et leur articulation est indispensable pour les rendre plus adaptés à la démarche des équipes du spectacle vivant et aux différentes esthétiques. ­ Que faire pour mieux articuler démarche artistique et action culturelle ? Les passerelles avec les schémas de l’éducation artistique (collèges, lycées, conservatoires), les pratiques amateurs, sont naturelles, alors que les financements entérinent souvent une césure entre création artistique et action culturelle. Pour autant, ces actions ne peuvent avoir comme seul objectif « l’élargissement des publics

 

Atelier E (27/01 journée – Maison de la Danse, Lyon) – La co­construction des politiques culturelles publiques

Les différentes réformes législatives en cours sont en train de modifier profondément l’organisation du paysage culturel de notre pays. Au fil des décennies, notre secteur s’est structuré et développé autour d’une compétence partagée entre différents échelons territoriaux formant un maillage d’une très grande richesse. Pour conserver ce dynamisme de nouveaux modes de coopération et de gouvernance pour l’art et la culture sont à imaginer, garants d’un développement renouvelé et d’une responsabilité commune. 15 Nous vous invitons à réfléchir ensemble à la co­construction des politiques culturelles à travers différentes pistes de réflexions : ­ Qu’est­ce qu’une gouvernance partagée pour une responsabilité commune ? ­ Quelle place pour les acteurs culturels dans la co­construction ? ­ Quelle forme de présence du Ministère de la Culture sur les territoires ? ­ Comment construire une politique culturelle européenne à l’échelle régionale ? ­ Comment la politique culturelle participe­t­elle d’un politique intersectorielle ?

 

* Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), Fédération des Arts de la Rue Rhône-Alpes, Fédération des éditeurs et producteurs phonographiques Rhône-Alpes (Feppra), Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés (FEVIS), Groupement Rhône-Alpes des Lieux de musiques actuelles (GRAL), Groupe des 20 (réseau de Théâtres de ville en Rhône-Alpes), Jazz(s)RA (plateforme des acteurs du Jazz en Rhône-Alpes), Le Maillon (fédération Rhône-Alpes du réseau Chaînon/FNTAV (Fédération des Nouveaux Territoires des Arts Vivants), Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique (Profedim), Syndicat du Cirque de Création (SCC), Syndicat des Musiques Actuelles (SMA), Syndicat National des Scènes Publiques (SNSP), Syndicat National des Arts Vivants Rhône-Alpes (SYNAVI Rhône-Alpes), Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles (SYNDEAC), Tagada Tsoin Tsoin (réseau régional de musiques actuelles, antenne Rhône-Alpes du Printemps de Bourges).

 

(Photo : Laurence Vagner)

Poursuivre avec
d’autres articles