L’accord-cadre régional pour le développement des emplois et des compétences dans le secteur du spectacle vivant réunionnais (2018-2022) et la naissance de KOL.E.T. mouvement fédéré d’acteurs culturels du spectacle vivant

extrait du rapport d’activité 2017-2018

 

Cette année, le délégué de La Réunion, Luc Rosello, Théâtre du Grand Marché, centre dramatique, a été essentiellement mobilisé par sa participation au sein du comité de pilotage, à la rédaction de l’accord-cadre régional pour le développement des emplois et des compétences dans le secteur du spectacle vivant réunionnais (2018-2022). Cet accord a été signé par l’ensemble des partenaires le 29 mai 2018 au centre dramatique. Le Syndeac sera aussi présent au sein du comité de pilotage de mise en oeuvre de cet accord.

 

Dans la continuité de la dynamique impulsée par ces négociations relatives à l’Adec, la délégation s’est impliquée dans la constitution de KOL.E.T, créé le 7 juin 2018. Cette association veut générer un mouvement fédéré et fédérateur d’acteurs culturels du spectacle vivant réunionnais, en développant un espace de concertation, d’observation et d’action professionnelle, dédié au spectacle vivant et ouvert aux porteurs de projets publics et privés ayant leur activité sur l’île. Les fondateurs ambitionnent de structurer une représentation reconnue auprès des professionnels pour co-construire le développement des politiques publiques en faveur du spectacle vivant à La Réunion et dans l’océan Indien.

 

À l’échelle du territoire réunionnais, l’Adec et KOL.E.T sont primordiales pour la construction d’une parole socioprofessionnelle partagée et représentative. À ce jour, cette représentativité reste fragile car victime d’enjeux qui, dans un contexte d’insularité et de baisse de financements, privilégient trop souvent l’intérêt particulier à l’intérêt général.

 

Parmi les chantiers à venir, la délégation régionale souhaite accorder une attention à la structuration des liens syndicaux entre les trois adhérents de l’île. Par manque de temps (nomination récente à la direction du centre dramatique en phase de reconfiguration), ces relations ne sont pas suffisantes et doivent trouver un mode de fonctionnement adapté à une vie syndicale en phase avec les réalités de notre secteur, tant dans leur dimension nationale que territoriale.

Poursuivre avec
d’autres articles