Lettre ouverte de  l’assemblée plénière le 25 janvier 2016 au Manège à Reims

Le Collectif de veille et d’actions dit « Collectif du 20 janvier » regroupe aujourd’hui plus de sept cent professionnels et acteurs du secteur artistique et culturel, tous métiers confondus, issus des trois régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne, principalement dans le secteur du spectacle vivant, mais aussi des arts plastiques et de la filière du livre. La création artistique telle qu’elle existe n’est jamais acquise : précarité constante, travail in-quantifiable, réinvention permanente et nécessaire des outils capables de provoquer la rencontre avec les citoyens… Sa crédibilité suppose un engagement total de l’artiste et de ses partenaires. La création artistique telle que nous la souhaitons s’inscrit dans le processus de décentralisation des arts et de la culture et dans l’éducation populaire. Elle implique une conscience volontariste, collective et républicaine du service public.

 

Depuis plus d’un an, le collectif se réunit très régulièrement en séance plénière et en commissions thématiques pour réfléchir à un schéma de développement de ce secteur à Nancy, Metz, Strasbourg, Chaumont et Reims.

 Il a pour objectif de construire une politique culturelle ambitieuse pour la région ACAL et ceci dans un dialogue permanent entre élus et acteurs de terrain.

 

Cette action est soutenue par les délégations régionales de Sud Culture, du SNSP (Syndicat National des Scènes Publiques), du SYNDEAC (Syndicat des Entreprises Artistiques et Culturelles), du Synavi (Syndicat National des Arts Vivants) et du Profedim (Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique) et différents collectifs professionnels de l’ACAL.

S’est réunie aujourd’hui, 25 janvier 2016 au Manège – scène nationale de Reims, l’assemblée plénière du collectif dit « du 20 janvier ».

 

Un certain nombre de points ont été soulevés et validés à l’unanimité qui révèlent de nombreuses inquiétudes  :

Nous déplorons l’absence d’une vice-présidence et d’une délégation à la culture, absence, à forte connotation symbolique, qui est une particularité de notre région.

Nous constatons au travers des déclarations du président de l’ACAL un manque de vision politique concernant les enjeux et l’avenir des arts et de la culture à l’échelle de ce nouveau territoire.

 

1/

Nous demandons la mise en place d’assises des arts et de la culture dans un objectif de co-construction de la politique culturelle de l’ACAL, réunissant l’ensemble des acteurs artistiques et culturels du territoire, les élus régionaux et les services de l’Etat ; et cela avant fin avril 2016.

 

2/

Nous exigeons  le respect des engagements budgétaires pris et réclamons à minima le maintien des financements cumulés des trois régions.

 

3/

Nous nous inquiétons d’une possible extension du modèle de l’Agence Culturelle d’Alsace à l’ensemble du territoire. Aussi nous revendiquons un outil opérationnel inédit au service d’une politique culturelle repensée en co-construction avec nos expériences de terrain.

 

4/

Nous revendiquons une équité de l’accès aux arts et à la culture sur l’ensemble du territoire et nous interpellons les élus sur le rôle régulateur que doit jouer l’ACAL .

 

Dans cet appel à la définition d’une politique culturelle concertée avec les professionnels, nous invitons le président de l’ACAL, le président de la commission culture et ses membres à participer à notre prochaine assemblée plénière et nous sollicitons une rencontre en délégation le plus rapidement possible.

 

 

 

 

 

 

Poursuivre avec
d’autres articles