Les enjeux du début de mandat de la délégation bretonne

Extrait du rapport d’activité 2017-2018

 

La nouvelle délégation régionale a été élue : Madeleine Louarn, Théâtre de l’Entresort à Morlaix et ses adjoint·e·s : Benoît Bradel, compagnie Zabraka, à Plumelin ; Morgann Cantin, Réseau Lilas, à Rennes, et Emmanuel Grange, Centre de production des paroles contemporaines, à Saint-Jacques-de-la-Lande. Dans la continuité du projet du Conseil national, la délégation a entamé un dialogue avec la DRAC et le conseil régional de Bretagne. L’axe prioritaire de nos échanges est celui de la création artistique dans les territoires ainsi que le souci de la pérennité des équipes et de la transversalité des disciplines artistiques. Il s’agit de questionner et travailler le soutien à la création, la place des artistes dans les territoires, de réarticuler des gouvernances État-Région et également intercommunalités, en proposant des espaces-temps d’expérimentation de nouveaux modèles de gouvernance vertueux.

 

Suite aux différents rendez-vous en début de mandat avec nos tutelles, le syndicat a été sollicité pour le lancement d’un projet du ministère de la Culture. Celui-ci a choisi la Bretagne et la Nouvelle-Aquitaine pour une expérimentation avec comme mots d’ordre « itinérance » et « ouverture élargie ». Quant au conseil régional de Bretagne, il a entrepris auprès du gouvernement et de l’Élysée des démarches afin de mettre en oeuvre un nouveau pacte de décentralisation. La Bretagne cherche à inscrire sa différence dans la Constitution.

 

La DRAC et la Région ont décidé de travailler de concert la mise en oeuvre d’un pacte girondin (avec l’assurance qu’il ne s’agit pas de tendre vers une délégation de compétences), en dialogue avec les acteurs culturels et, comme interlocuteurs privilégiés, le Syndeac et le SNSP réunis en intersyndicale. Nous allons dans un premier temps travailler à soutenir la dynamique des scènes de territoire. L’implication des équipes artistiques sur les territoires sera l’étape suivante.

 

Nous participons activement à ces réflexions en redisant la nécessité de moyens nouveaux.

 

Pour nous, les enjeux sont de :

• redonner du crédit au soutien à la création ;

• garantir la liberté et l’indépendance en excluant les financements uniques ;

• garantir la visibilité, la durée, la pérennité ;

• créer des espaces de recherche ;

• instituer une dynamique État-Région qui permette une projection dans le temps de la politique culturelle régionale.

Poursuivre avec
d’autres articles