La Région Ile-de-France organise une réunion de concertation… et liquide le Festival d’Ile-de-France

Une réunion de concertation sur l’évolution des politiques régionales en faveur du spectacle vivant a été organisée par la Région Ile-de-France en fin d’année 2016, qui a été l’occasion pour les représentants du secteur d’exprimer certaines interrogations suite à la communication de Valérie Pécresse au mois de septembre, notamment concernant l’évolution de la PAC, de l’avenir des Fabriques. La Région s’est voulue rassurante sur ces dossiers. Par ailleurs, cette réunion de concertation a été l’occasion pour les professionnels de redire leur attachement à la PAC et de proposer son extension. La Région a réaffirmé son souhait de faire de l’éducation artistique un outil majeur d’inclusion et de diffusion sur tout le territoire francilien. 

 

Le SYNDEAC Ile-de-France finalise actuellement une contribution relative aux grandes orientations de Valérie Pécresse en termes de politique artistique et culturelle, dans laquelle la délégation formule des propositions concrètes de nouvelles actions ou de développement de l’action existante. Cette contribution sera prochainement diffusée aux adhérents franciliens, accompagné d’une note d’analyse du budget culturel régional 2017, qui a fait l’objet d’un rendez-vous avec le cabinet de la Présidente.

 

Par ailleurs, le 5 décembre la délégation SYNDEAC a co-signé une lettre ouverte, adressée à Valérie Pécresse, concernant le festival d’Ile-de-France, suite à l’annonce de la présidente de baisser de 68,1% la subvention de l’établissement en 2017. Un second courrier intersyndical a été adressé à la présidente contestant les arguments de fonds avancés lors du conseil d’administration du 8 décembre, le déroulement même de ce CA ainsi que les attaques acerbes dont le festival a été l’objet dans différentes communications diffusées par la Région. 

Un nouveau Conseil d’administration est prochainement convoqué avec pour tout ordre du jour la mise en œuvre de la liquidation. 

 

La situation de l’ARIAM et celles d’ARCADI restent préoccupantes, et le SYNDEAC réunira prochainement ses adhérents afin de travailler collectivement à un document présentant les bénéfices de l’action de l’agence pour les opérateurs du spectacle vivant. 

 

Un rendez-vous a, par ailleurs, été fixé avec la DRAC au début du mois de février. 

Poursuivre avec d’autres articles