Le spectacle vivant à l’ère du numérique : mutations et perspectives

Dans le cadre de la nouvelle organisation des commissions et des groupes de travail, le conseil national a souhaité mettre en place un groupe de travail consacré à la question du numérique dans nos pratiques dans le secteur du spectacle vivant, animé par Romaric Daurier, président délégué aux affaires sociales.

 

Au sein de ce groupe, les enjeux de cette profonde mutation sociétale ont été abordés sous l’angle technique, artistique, économique et juridique. La possibilité numérique a été envisagée comme une technologie, un usage dans la société, une nouvelle forme économique, reliant ainsi création, diffusion, médiation et conservation des oeuvres du spectacle vivant.

 

La spécificité sectorielle des arts vivants, l’unicité du secteur vivant : le spectacle vivant permet au spectateur d’élaborer sa propre vision du déroulement de l’oeuvre, trouver les voies intimes et uniques, personnelles et subjectives, par lesquelles une oeuvre l’interpelle. Le caractère présentiel mais aussi collectif de chaque représentation en fait un événement unique.

 

A l’inverse, toute oeuvre numérique est une captation achevée même lorsqu’elle est le fruit du regard créateur d’un réalisateur. Une représentation de spectacle vivant, lorsqu’elle est numérisée, suspend l’instant de la représentation, le fige d’une certaine manière, et donne la possibilité d’un visionnement potentiellement reproductible à l’identique et à l’infini hors du cadre prévu initialement.

 

La force du théâtre n’est sans doute pas liée à la technologie, et ces dispositifs ne révolutionnent pas l’art théâtral. Les fondamentaux restent les mêmes. Jouer avec les bordures du dispositif du théâtre permet de se re-centrer sur ce qu’il est.

 

Enfin, le développement d’Internet associé à la dématérialisation des contenus et des produits culturels, transforme le rapport qu’entretiennent les publics à la culture. Cette société des écrans produit-elle une nouvelle « culture de l’écran » ? Les captations de spectacles (extraits ou complet) sont aujourd’hui de plus en plus accessibles en ligne à travers de nombreux sites, sur une multiplicité de terminaux : l’aspect vivant du spectacle, sa relation au temps, son caractère par nature exceptionnel, se trouvent-ils banalisés ou renforcés ?

 

Le groupe de travail a mené sa réflexion à partir de rencontres avec les acteurs de ces pratiques conjuguées autour du numérique. La synthèse qui suit est organisée autour des 5 points de « jonction numérique » les plus stratégiques de la relation du spectacle vivant au public : la création, la captation diffusion, la médiation, la pédagogie et l’archive, le droit d’auteur. Chaque « état des lieux » est suivi de pistes, de propositions et de préconisations.

Poursuivre avec d’autres articles